22 mai 2016 – Une note calamiteuse de la Fondation Jean Jaurès

Un groupe de travail coordonné par Jérôme Héricourt et Thomas Chevandier a publié sous la signature de la fondation progressiste une analyse particulièrement peu pertinente : « Le revenu de base, de l’utopie à la réalité ».

L’AIRE a réagi vigoureusement, avec la publication le 30 mai d’une réponse soigneusement documentée : « Le Revenu d’Existence n’est pas une utopie ».

La Fondation Jean Jaurès vient de publier une note un peu développée, appuyée sur quelques évaluations chiffrées, invitant à envisager la mise en place d’un revenu de base de 750€ mensuel pour les adultes actifs, 1125€ pour les retraités, 225€ en dessous de 15 ans et 375€ entre 15 et 18 ans. Ceci remplacerait la plupart des prestations actuelles des branches famille, vieillesse, maladie et AT‐MP, ainsi que minima sociaux, aides au logement, bourses, exonérations de charges et assurance chômage.

Ce scénario révolutionnaire est irréaliste, passant à côté de l’opportunité de proposer un schéma plus modeste, articulé avec une réforme fiscale, dont les effets bénéfiques seraient décisifs pour restaurer une protection sociale universelle, équitable, efficace et soutenable budgétairement.

Cependant, nous reconnaissons aux auteurs de ce rapport le mérite de présenter des chiffres clés et d’articuler quelques arguments pertinents pour permettre de distinguer les discours utopiques des projets concrets atteignables.


Le texte de la fondation Jean Jaurès a malheureusement été repris largement par les média et diverses analyses qui se positionnent par rapport à cette proposition particulièrement indigente.

Laisser un commentaire