L’ingénieur du revenu universel

Quatrième de couverture

C’est au voyage inattendu d’une idée humble qu’invite Marc de Basquiat, l’ingénieur du revenu universel français. Dans une enquête qui l’a mené de Bordeaux à Bruxelles, de Soweto au Vatican, de Nixon à Hamon, d’Einstein à Piketty, des promoteurs les plus utopiques aux opposants les plus farouches, il décrypte pourquoi une idée simple (distribuer à tous le même socle de revenu chaque mois) s’est transformée en une véritable épopée mondiale.

Depuis le milieu des années 2000, Marc de Basquiat mène une bataille continue auprès des administrations et des élus pour défendre ce qui est pour lui un véritable projet de société : le Revenu Universel. Alors que sa formation d’ingénieur ne le destinait aucunement à s’intéresser au sujet, ses valeurs humaines les plus profondes l’ont progressivement transformé en premier promoteur de cette révolution au bénéfice de l’ensemble des citoyens.

Si le Sénat et l’Assemblée nationale – parmi d’autres – ont organisé de grands débats sur le Revenu Universel, Marc de Basquiat humanise et élargit résolument l’analyse. Il en synthétise les fondements théoriques et historiques, dénonce les erreurs conceptuelles qui minent l’efficacité et l’équité de nos systèmes sociaux et fiscaux, et révèle les logiques d’opposition des idéologues et des corps constitués craignant de voir minimisé leur rôle. Poussant toujours plus loin son exploration, le chercheur montre aussi les nombreuses opportunités que l’adoption des principes du Revenu Universel offrirait autour des six enjeux majeurs de nos sociétés : l’insertion professionnelle, l’autonomie des jeunes, le financement des retraites, l’accès au logement, la fiscalité du patrimoine et l’équité de l’économie.

Par son approche aussi pédagogique qu’inspirante, Marc de Basquiat transforme ainsi la belle idée floue et flottante du Revenu Universel en un programme de solides réformes économiques, fiscales et sociales, pour une société plus équitable, simple, et harmonieuse. 

Ingénieur, MBA et docteur en économie, Marc de Basquiat est président de l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence, cofondateur du Mouvement français pour un revenu de base et membre du Basic Income Earth Network.


Extraits de « L’ingénieur du revenu universel »

« Oui, c’est justement parce que les riches le percevront explicitement dans leur calcul fiscal qu’ils ne pourront s’opposer de bonne foi à ce que les pauvres le reçoivent aussi simplement qu’eux. Ce raisonnement fonctionne de la même façon pour le prélèvement qui finance le revenu universel : c’est parce que les pauvres paieront explicitement 30 % de leurs revenus, dès le premier euro, que les riches ne pourront pas rechigner à payer autant. C’est imparable.

Cette logique est infiniment plus puissante que toutes les règles qui empilent des mille‑feuilles inefficaces de conditionnalités et de bons sentiments pour réserver les aides à « ceux qui en ont vraiment besoin » et les impôts les plus élevés à « ceux qui ont vraiment les moyens ». Un riche tend à ressentir comme une agression l’impôt ou le taux supérieur qui lui est réservé, de la même façon qu’un pauvre souffre de la suspicion d’assistanat attachée aux aides sociales. »

« Au fond, la vertu première du revenu universel est d’inviter à généraliser à d’autres enjeux un principe déjà bien connu dans le domaine de la santé par exemple : chacun contribue au système public de santé selon ses capacités (via la CSG et diverses cotisations) et bénéficie de prestations identiques (médecine de ville, hôpital, médicaments…). De même, tous les enfants, que leurs parents soient riches ou pauvres, se retrouvent sur les mêmes bancs d’école et à l’université.

Ce principe d’une contribution plus ou moins proportionnelle à ses revenus ou sa consommation finançant un service public identique pour tous est en réalité la norme. Personne ne s’attend à être servi différemment à la mairie, au commissariat ou au tribunal parce qu’il paie plus ou moins d’impôts que son voisin. Toute ma démarche est guidée par le même principe dont la force peut recréer l’unité d’un pays que Jérôme Fourquet décrit dans son ouvrage L’Archipel français comme irrémédiablement divisé : il est possible et infiniment souhaitable de refonder nos systèmes fiscaux, sociaux et familiaux sur des règles strictement identiques pour tous.« 


Page de couverture de "L'ingénieur du revenu universel"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.